objectifs

2.Ibid.P.22-23.
apprentissages dans le programme, leur nature, leur pertinence, leur séquence, leur mode d’évaluation. Cet exercice exigeant assure la cohérence de l’ensemble du programme. Bref,
la formulation des objectifs pédagogiques est d’une grande utilité pour évaluer l’efficacité de la formation et pour construire des programmes appropriés.
Pour ce faire, il est toujours utile de se reporter à la classification hiérarchisée de cette taxonomie représente un des acquis les moins contestes de la pédagogie moderne. L’intérêt pour la définition des objectifs pédagogiques, né aux Etats- Unis a atteint la France via le Québec dans les années 70. Dans ce cadre, l’objet de notre analyse essaye de mettre en évidence l’importance des objectifs d’apprentissage en Didactique de langues et plus particulièrement dans l’étude des programmes. En principe, l’existence même des programmes confirme la possibilité de l’enseignement spécifique des savoirs et savoir-faire se rapportant à des objectifs précis; c’est-á-dire, il est possible de systématiser un ensemble d’activités pédagogiques visant l’acquisition de différents objectifs spécifiques de nature cognitive. Pourtant, la plupart des programmes n’explicitent pas le type d’opérations mentales, dans le sens attribué: “l’activité intellectuelle á travers laquelle le sujet saisit et traite l’information1” que l’on veut atteindre lorsqu’on veut enseigner des contenus précis ou planifier des activités d’apprentissage.
C’est pour cela qu’il importe de souligner la nécessité de mettre en évidence la nature et les caractéristiques des opérations cognitives impliquées dans les processus d’enseignement-apprentissage.
«On a insisté sur le fait qu’une des conditions nécessaires pour assurer l’efficacité de l’enseignement, c’est la connaissance de la part du professeur de la structure et de la nature des objectifs que l’on veut atteindre lorsque les élèves apprennent des contenus spécifiques; c’est-á-dire, pour que l’aide du professeur ait une incidence efficace sur la construction significative des apprentissages des élèves, il faut impérativement que celui-ci connaisse la nature des objectifs et leur processus de construction…2»
1. Ibid. P.55.
2. Ibid. P.99.
En effet, on peut affirmer que plus l’on connaît ce que l’élève est en train de faire lorsque il apprend et applique des contenus, plus le professeur sera capable de comprendre et optimiser les processus d’enseignement- apprentissage.
Il s’agit d’une question fort intéressante puisque l’objectif fondamental c’est de tenir compte, au préalable, de la connaissance de la nature des objectifs et de leur incidence par rapport aux résultats à attendre concernant l’élève (par exemple : appliquer, reproduire, démontrer, etc.).
C’est pour cela que notre propos consiste á assurer que les objectifs (qui constituent la pièce fondamentale des programmes) “puissent être Soumis á une analyse á partir de l’opération mentale á mettre en place.1”, nous permettant ainsi de juger la qualité du programme par rapport aux buts poursuivis.
«Dans ce cadre, une fois analysé les objectifs selon leur spécificité, on va essayer d’entreprendre l’analyse de ensembles des objectifs á leur importance (opérations mentales) á partir des modèles taxonomiques pour le domaine affectif et pour le domaine cognitif.2»
Il faut distinguer trois familles d’objectifs correspondant aux trois domaines:
– Cognitif
– Affectif
– Psychomoteur
Qui peuvent être caractérisés ainsi:
Les objectifs cognitifs mettent l’accent sur le savoir de l’apprenant et La façon dont celui-ci le manifesté. Le savoir ne consiste pas uniquement á:
– se souvenir des informations, c’est aussi:
– comprendre et interpréter une situation,
– répondre un problème posé.
Les opérations mentales en jeu peuvent être d’une complexité croissante, allant progressivement du simple au complexe.
1. Ibid. P.122.
2. Ibid. P.76.
Les objectifs psychomoteurs concernent l’habileté physique, la dextérité dans la manipulation d’objets. Une progression existe:
– imiter un geste,